Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Romain le Togolais

Député Ouro Akpo et Colonel YARK, c'est même pipe même tabac : Insouciance et Incompétence à tous les niveaux

Député Ouro Akpo et Colonel YARK, c'est même pipe même tabac : Insouciance et  Incompétence à tous les niveaux

Qu’est ce qui a changé dans la vie des togolais depuis que Ouro AKPO et ses amis de l’opposition siègent au parlement ?

Les attentes suscitées par la mobilisation des hommes et des femmes aux côtés des leaders politiques n’ont pas porté de fruits dans notre pays.  Ce n’est pas une conjecture mais une évidence ; aux appels des hommes politiques, de plus en plus de togolais répondent par l’indifférence. Une posture légitime de la part d’une population qui a tout donné sans rien recevoir en retour notamment de la classe politique.

Affirmer que depuis que notre opposition siège au parlement avec une trentaine de députés, rien de concret n’a changé dans  vie de cette population n’est pas une exagération. C’est la triste réalité que nous vivons depuis 2013.  Abonnés aux absents sur des préoccupations urgentes des togolais, ils ont assisté sans aucune réaction de résistance et de contre-proposition à l’augmentation des prix des produits pétroliers et du gaz, ils ont été inaudibles sur les grèves répétées des enseignants, insensibles aux  licenciements abusifs dans la zone franche et ils ont même applaudi la ministre du commerce venue leur présenter  l’escroquerie économique dans le secteur des ciments avec DANGOTE. Même devant la mort des pauvres citoyens avec cette maudite « opération » dite entonnoir de ce damné Colonel YARK,  les élus du peuple togolais ont opté pour la somnolence plutôt que l’action.Plus terrible et désolant cette interview de l’honorable OURO AKPO parue dans Liberté et qui traduit à plus d’un titre l’impuissance et l’incapacité de nos  élus à se dresser comme un bouclier  face à l’amateurisme des choix de nos gouvernants actuels. En attribuant l’échec de l’opération entonnoir aux faibles dotations budgétaires du Ministère, le député OURO AKPO passe à côté de l’essentiel et expose l’infécondité intellectuelle de toute la classe politique togolaise incapable de produire et d’élaborer des stratégies efficaces à proposer pour le bien des togolais.

En tant que député, que faites-vous pour que le tir soit rectifié ? La réponse de l’Honorable député à cette question suffit à elle seule pour nous faire regretter cette opposition que certains ont bien fait  de qualifier d’opposition de carrière mieux de béquilles au gouvernement de Faure GNASSINGBE.

« A l’Assemblée Nationale, les députés sont les représentants de la Nation ; mais l’article 4 de la constitution dit que la souveraineté appartient au peuple. C’est une délégation de cette souveraineté que nous exerçons à l’Assemblée Nationale en tant que mandat. Mais le vrai problème, c’est le peuple togolais dont nous attirons l’attention sur la manière dont ceux qui nous gouvernent gère le pays parce que l’Assemblée Nationale est une institution de l’Etat dont les pouvoirs sont limités…En tant que député on ne peut pas faire plus que ce que nous sommes en train de faire ».

Vraiment il faut être un «Opposant carriériste»  pour sortir ces mots à l’endroit de ses électeurs.

C’est incompréhensible … Quand Jean Pierre FABRE et autres avaient été chassés du parlement en 2012, de quels recours n’ont-ils pas fait usage pour que leur droit soit restaurer ?  Marche sur marche, procès sur procès même jusqu’à ABUJA. Finalement avec persévérance ils ont obtenu  gain de cause et leur droit leur fut reconnu avec des millions versés sur leur compte. Aujourd’hui devant des faits flagrants de dérive économique comme l’affaire DANGOTE dans laquelle un membre du gouvernement déclare avoir contraint un opérateur à vendre son ciment à un prix plus élevé, OURO-AKPO et ses collègues se disent impuissants. 

Et pendant qu’ils s’affirment impuissants devant les dérives du pouvoir, ils sont quand même puissant au point de revoir à la hausse leurs émoluments et indemnités dans la discrétion totale. Pendant qu’ils nous disent qu’ils n’ont aucun pouvoir pour faire pression sur le régime RPT, ils sont ensembles avec ce même pouvoir dans les missions parlementaires à l’extérieur, payés et nourris au frais du contribuable togolais. C’est de la méchanceté primaire ce comportement. Quand on est impuissant et qu’on l’avoue soit même, le moins qu’on puisse faire, c’est de se désolidariser des initiatives gouvernementales ou à défaut quitter définitivement les bancs de l’hémicycle.

Sur le cas de l’ «opération entonnoir» du ministre YARK, le député OURO AKPO, au lieu de faire un diagnostic objectif, sans faux-fuyants de la situation, avance des idées qui dénotent  de son nanisme intellectuel et politique. Le problème du carburant loin de se poser en termes de budget et de dotation des forces de l’ordre doit être analysé plus en termes de stratégie.  Un élu du peuple peut- il oser se regarder dans la glace et se dire incapable d’agir pour que cette mascarade macabre cesse une fois pour de bon sur la terre de nos aïeux ? Un ministre a-t-il besoin de milliards pour résoudre le problème que pose que pose  le carburant frelaté.  Lutter contre la contrebande ne saurait se limiter à des petites descentes dans les ruelles de la ville de Lomé qui se terminent souvent par des incendies et des morts ? Quel a été le bilan de cette opération depuis son lancement il y a plus de cinq ans ? L’Opération Entonnoir est-il aujourd’hui la meilleure stratégie sécuritaire pour venir à bout de ce phénomène ? Voilà normalement la logique vers laquelle les députés devraient orienter le débat en enjoignant au Ministère YARK d’expliquer comment il compte juguler le problème en s’acharnant sur des pauvres jeunes alors que ses amis continuent de faire entrer le carburant par des frontières dont il a lui-même la charge de surveiller ? 

Mettre fin à la contrebande du carburant par des petites opérations de course poursuite entre policier et vendeur de rue n’est pas la meilleure méthode ! OURO AKPO le sait tout comme YARK le ministre de la sécurité  qui dans d’autres pays devrait normalement démissionner. Quand on est un Colonel et de surcroit ministre de la sécurité, on ne peut pas continuer par déployer des stratégies qui relèvent de l’a peu près. Un Colonel, un officier de sécurité doit savoir que pour démanteler un mal qui ronge une société comme la contrebande, les crimes, il faut chercher la racine du problème.  Ici le nœud du problème de contrebande ce n’est pas la dotation du ministère en milliard de francs CFA mais c’est l’articulation des solutions face au problème.

Le Togo jusqu’à preuve de contraire ne produit pas de pétrole, alors comment se retrouve-t-on avec de l’essence de contrebande sur nos routes ? D’où vient ce carburant ? Qui l’importe, comment c'est-à-dire par quel voie/canal ?  Les réponses à ces questions permettraient au ministre de mieux élaborer des solutions moins couteuses en vie humaine pour les jeunes gens dans notre pays. Puisque le ministre tout comme nos députés connaissent la provenance de ce carburant. Et le Togo étant un petit pays il sait à quel niveau se situe les responsabilités c'est-à-dire il sait qui a les ressources nécessaires pour faire passer en grande quantité de l’essence de contrebande à nos frontières. Mieux il a lui-même la charge de nos frontières.  Alors pourquoi continuer à chercher le coupable là où il n’est pas ? Pourquoi YARK et ses les éléments ne se concentrent pas leur moyens pour traquer ce carburant à sa source ?   

Et notre député OURO AKPO, a-t-il besoin des milliards pour comprendre que son rôle c’est aussi de contribuer à mettre fin à ce phénomène en procédant de temps à autre à la sensibilisation de la population autour de ce phénomène ?  Les députés ont besoin des milliards pour au moins sensibiliser les populations sur les risques encourus lorsqu’on stock chez soit des produits hautement inflammables ? Combien de chaume à ANEHO, AGOE, BAGUIDA, BE, NOTSE, MANGO n’ont-il pas pris feu à cause de l’essence frelaté ? Combien de vies humaines le Togo n’a-t-on pas perdu dans cette affaire de carburant.

Nous pensons qu’il est d’ailleurs de l’intérêt de tout le monde : opposition comme majorité à l’assemblée de bouger pour mener une campagne de sensibilisation assez forte et convaincante pour mettre fin à ce phénomène.  Outre les incendies et les pertes de vie humaine que pose la traque de ce type de carburant il y a la question même de la santé des togolais qui est occulté. Il y a quelques mois une ONG internationale en Europe nous alertait sur la qualité de nos produits pétroliers dans nos stations. Si déjà à ce niveau on doit se douter de la présence du plomb et d’autres produits chimiques dangereux dans le carburant, qu’en sera-t-il de ce carburant vendu au bord de la route et qui échappe à tout contrôle ?

La question du carburant de contrebande doit être une préoccupation importante dans notre société. Pas de démagogie, posons le problème tel qu’il et ensemble envisageons des solutions concrètes.  Au ministre de la sécurité qui  est  de surcroît un officier supérieur, nous demandons une plus grande responsabilité dans l'élaboration et l'exécution des stratégies mises  pour venir à bout des problèmes de société qui sont toujours à rechercher à la racine.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article