Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Romain le Togolais

La jeunesse politique sacrifiée sur l’autel des ambitions égoïstes des leaders de la C14.

La jeunesse politique sacrifiée sur l’autel des ambitions égoïstes des leaders de la C14.

A seulement quelques mois des présidentielles, le microcosme politique togolais s’enfièvre. Les vieux réflexes refont surface, les appétits s'aiguisent  et les boycotteurs des élections législatives  du 20 décembre salivent à l’idée de gravir les marches du palais de la Marina. Et la jeunesse spoliée, une fois encore, sera appelée à la rescousse d’une vielle classe politique qui n’a jamais eu l’idée de mettre en place une stratégie qui puisse faire éclore de jeunes pousses capables de régénérer du nouveau sang pour la lutte politique

Une fois encore en 2020, la jeunesse politique clochardisée et désabusée sera invitée à consentir le sacrifice de plus pour la gloire d’un trublion aux ambitions politiques aussi étroites  qu’égoïstes.

L’âge est un chiffre mais la maturité reste un choix.

Sacrifice, le mot n’est vraiment pas assez expressif pour traduire ce que la jeunesse togolaise a consenti pour la lutte politique au Togo pour une moisson  inexistante ou à la limite très insignifiante.

Le malheur du peuple togolais c’est d’avoir eu des opposants trop égoïstes, des hommes et femmes trop imbus de leur personnalité.

Que ce soit au sein d’une cellule familiale ou  dans une organisation (qu’elle soit politique, sociale ou économique) la jeunesse reste une étape très fondamentale car c’est sur elle que se repose l’avenir.  

Aujourd’hui, le visage que présentent les opposants togolais ne rassure pas.  Et nous devons être assez courageux pour l’affirmer.

En décidant de boycotter les élections législatives passées, les leaders de la coalition de l’opposition ont tout simplement hypothéqué l’avenir des jeunes au sein de leur formation politique.

Ce fut un rendez-vous manqué où l’occasion devrait être donnée à de nouvelles figures de s’essayer à la chose en se frottant avec les rudiments de la politique.

Ayons le courage de le dire : le boycott des élections législatives passées est un sabotage de l’avenir politique des jeunes togolais d’autant plus qu’il tourne au désavantage des jeunesses des partis de l’opposition.

Ailleurs, on appellera cela de l’aberration.  Mais au Togo on veut nous faire croire qu’il s’agit de la meilleure des stratégies de lutte politique. On  s’interroge sur le niveau d’intelligence de ces leaders qui ont choisi d’abandonner le terrain législatif à leur adversaire pour espérer gagner quelques mois après le pouvoir exécutif. 

Objectivement que peut-on attendre de ces filous qui croient pouvoir  battre le candidat du parti UNIR qui dispose d’une majorité à l’assemblée nationale et d’une CENI confortable ?

Sinon l’actuelle cacophonie et le jeu de croc-en-jambe que l’on observe au sein même de cette opposition n’ont pas leur raison d’être. Sauf bien entendu qu’ils soient toujours tentés comme à l’accoutumée de demander le sacrifice de la jeunesse par des manifestations qui n’aboutiront encore à rien.

Le temps ne change pas les gens, il dévoile ce qu’ils sont déjà.

En fonctionnant sur la base de calculs personnels, les leaders actuels de l’opposition ont montré combien de fois l’avenir des  jeunesses de leurs formations politiques n’a jamais été une préoccupation ; bien que cette jeunesse ait toujours été  le socle de la mobilisation. Et à y voir de prêt, l’on est porté à croire que ces opposants sont malheureusement dans  un schéma de dévolution monarchique de leur pouvoir au sein de leurs formations respectives, pour ne pas dire leur famille biologique, au grand dam de la démocratie au nom de laquelle ils prétendent lutter.

 Sinon l’on ne comprend pas aujourd’hui pourquoi tant  d’agitations pour des CANDIDATURES NATURELLES aux futures échéances électorales sachant bien que les bases pour une victoire ont été faussées depuis le boycott de la CENI suivi par celui du recensement pour finir avec les législatives.

Si ces opposants n’étaient pas dans une logique de statu quo, il y a très longtemps qu’on devrait être en train de voir mettre en place des mécanismes de renouvellement des structures de leurs partis. Tel n’étant pas le cas, on comprend que leur objectif n’est pas de mener un combat pour le bien du peuple, mais de moissonner à tout prix sur le dos du peuple, peu importe si c’est le déluge qui doit suivre après eux.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article