Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Romain le Togolais

DETOURNEMENT D’ARGENT A LA STT : LA CENTRALE AU BORD DE L’EXPLOSION

DETOURNEMENT D’ARGENT A LA STT : LA CENTRALE AU BORD DE L’EXPLOSION

Le bruit court et la polémique s’enfle au sein de la base de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT).

Certains exhibent les muscles et d’autres se préparent à une action en justice contre les responsables de la coordination.

Ils ne sont pas prêts à accepter que des gens juchés au sommet de cette centrale les utilisent pour arrondir leurs affaires personnelles.

Sur toutes les bouches au niveau de la base de cette centrale,  trois noms au sein de la coordination reviennent comme des têtes de turcs.

Il s’agit de la coordinatrice Nadou LAWSON OLOUKOUNLE, du coordinateur adjoint Charles Atchi WALLA et du porte parole Gilbert Ségnon TSOLENYANU.

 

Leur fait d’arme ?

 

Avoir fait main basse sur une somme totale de onze millions FCFA (11.000.000 FCFA) représentant l’allocation affectée à chaque syndicat par le gouvernement pour financer les activités syndicales notamment, les formations.

 

De sources proches de la coordinatrice de la STT, cette somme pour laquelle on l’accuse de détournement a servi à relancer les activités du Front Citoyen TOGO DEBOUT qui a pris un sérieux coup avec l’implication de son porte-parole David DOSSEH dans une affaire de tricherie à la faculté des sciences de la santé (FSS).

 

A cheval entre la STT et le Front Citoyen TOGO DEBOUT, Charles Atchi WALLA et Gilbert Ségnon TSOLENYANU auraient joué un rôle déterminant dans cette affaire.

 

Se sentant dans l’obligation de tendre la perche au Professeur David DOSSEH à qui ils sont redevables à plus d’un titre, ils ne s’attendaient pas à ce qu’un tel acte suscite autant de récrimination au sein de la STT.

 

Seulement, la manœuvre n’est pas sue des autres membres de la coordination de la STT. Les formations initiées par d’autres centrales syndicales et la communication faite autour de ce financement du gouvernement ont vite fait d’éveiller l’attention des sympathisants de la STT qui ont commencé à se poser des questions sur les raisons de la marginalisation de leur centrale.

 

Saisis, les autres membres de la coordination diligentent des enquêtes sur cette affaire et finissent par découvrir que toutes les centrales, sans exception aucune, ont bénéficié de ce financement du gouvernement.

 

Interpellée, Nadou LAWSON finira par reconnaître que la STT a encaissé sa part qui s’élève à onze millions FCFA (11.000.000 FCFA), sauf que cette somme n’a pas suivi le circuit habituel.

Sommée de fournir des explications sur l’utilisation qui a été faite de cet argent, elle avouera la manœuvre de complicité qui a permis l’atterrissage des onze millions FCFA (11.000.000 FCFA) dans d’autres caisses. Une action qualifiée de haute trahison par les autres membres de la coordination qui craignent d’être des victimes innocentes d’un lynchage collectif de la part de leur base qui les accusait déjà de se faire des salaires mirobolants à partir de leurs cotisations.

 

L’affaire divise et fait de vives vagues malgré les efforts de la coordination de l’étouffer pour la gérer en toute intimité.

 

Dans la foulée, certains proposent un congrès pour écarter tout le cercle de coordination soupçonné depuis quelque temps de puiser dans les caisses de la Centrale.

D’autres acceptent l’idée du congrès mais exigent la traduction en justice des responsables mis en cause pour les amener à rembourser l’argent détourné.

Une situation qui promet à la fois des étincelles et des lendemains sombres à la plus jeune des centrales syndicales au Togo.

En toile de fond de cette affaire se pose une fois encore la légitimité de ceux qui utilisent la société civile pour s’ériger en donneurs de leçons. 

Wait and see !

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article